Mohamed Ali Eltaher
 

Biographie

>

Page 47

L’INCIDENT DU BUREAU DE POSTES DE NAPLOUSE

À la fin de la Première Guerre mondiale Eltaher retourna en Palestine où il rédigea des articles dans un journal local intitulé “Sourya Al-Janoubeyya” (La Syrie du sud). Les forces d’occupation britanniques qui avaient saisi le pays aux Turcs ottomans, connaissaient bien sûr ses prises de position politiques vis-à-vis la Palestine depuis sa présence en Égypte au début de la guerre. Afin de garantir son silence, spécialement après que les premiers signes d’opposition des Palestiniens à la Déclaration de Balfour de 1917 soient devenus progressivement évidents, et afin de le contrôler avant qu’il ne commence à monter l’opinion publique contre les autorités britanniques par l’entremise des ses articles, les autorités le nommèrent en 1918 gérant du bureau des postes et télégraphes à Naplouse. Le fait qu’il ait  appris des rudiments d’anglais pendant un de ses séjours en prison a facilité quelque peu son embauche.

Plusieurs versions de cette histoire ont circulé avec le temps, mais la morale de la fable reste toujours la même. Selon le récit des événements d’Eltaher à son fils. Peu après son embauche, une lettre recommandée adressée au gouverneur militaire britannique de la ville de Naplouse est arrivée au bureau des postes. Eltaher demanda au facteur de préparer un avis et le faire livrer au bureau du gouverneur afin qu’il puisse se rendre au bureau des postes, signer le registre et recevoir sa lettre recommandée. Le facteur informa néanmoins Eltaher rapidement que par le passé, chaque fois qu’une lettre recommandée adressée au gouverneur militaire était reçue au bureau des postes, l’ancien gérant emportait lui-même la lettre recommandée, ainsi que le registre, à l’hôtel du gouvernement.

Eltaher avisa le facteur qu’il avait été nommé gérant du bureau des postes selon les règlements établis par le gouvernement de sa Majesté britannique, et que tels règlements ne stipulaient pas que le gérant du bureau des postes doive porter le courrier enregistré ainsi que le registre chez quiconque pour fin de signature, y compris le gouverneur militaire. Selon ses instructions, le facteur se rendit remettre l’avis de réception de courrier enregistré à l’hôtel du gouvernement. Le lendemain, le gouverneur militaire vint au bureau des postes, attacha son cheval devant la porte, entra au bureau des postes et signa le registre, puis reçut sa lettre enregistrée. Il rentra ensuite à son bureau, et procéda au licenciement d’Eltaher de sa fonction de gérant du bureau des postes et télégraphes à Naplouse!

Page précédente
Page suivante
 
© 2017 Eltaher.org | Contact