Mohamed Ali Eltaher
 

Biographie

>

Page 11

DÉCEPTION AMÈRE SUITE À LA PERTE DE LA PALESTINE

La perte de la Palestine, communément appelée “Al-Nakba” (La catastrophe), laisse à Eltaher une grande amertume et une immense douleur pour le reste de sa vie. Cela n’est pas du tout surprenant lorsqu’un être humain, ou même un animal ou une plante perd son habitat, son environnement ou son patrimoine. Cela s’avère encore plus pénible lorsque cet événement surgit suite à de facteurs fâcheux tels que la négligence, l’insouciance, la contrainte, la trahison et l’injustice toutes réunies; et surtout après avoir consacré sa vie à tenter d’éviter ce résultat. Lorsque la Palestine en tout état de cause eut disparu en 1948 par la création de l’État d’Israël, puis avec l’annexion de la Cisjordanie par le Royaume Hachémite de Jordanie, et la nomination d’un gouverneur militaire égyptien dans la Bande de Gaza, il ne restait plus rien de sa patrie.

En l’espace de quelques semaines, la Palestine n’existait plus, et les Palestiniens sont devenus une nation de réfugiés, qui continuent d’être profondément marqués psychologiquement et vivent comme des parias jusqu’à nos jours. Eltaher a vu son peuple se transformer d’une nation paisible ne faisant mal à quiconque en un peuple combatif et violent par suite de l’oppression déshumanisante pratiquée par les Israéliens, l’indifférence de ses amis, et la perte d’alliés potentiels. À tout ça vient s'ajouter l'incompétence et la myopie continue de certains leaders palestiniens, mais surtout en raison du manque de sérieux affligeant dans la gestion de l’ensemble de la question palestinienne et la sauvegarde des intérêts immédiats du peuple palestinien.

ُEn 1948 le peuple palestinien s'est vu transformé d'une nation paisible en des masses de réfugiés dans un désert
géographique et psychologique
Page précédente
Page suivante
 
© 2017 Eltaher.org | Contact